Victoria et les Staveney – Doris Lessing – 2010

13443_1767259Doris Lessing

Victoria et les Staveney – Flammarion, 2010

En version originale: « Victoria and the Staveneys » dans le recueil The Grandmothers: Four Short Novels, 2003

Victoria n’a jamais oublié sa rencontre, à l’âge de neuf ans, avec une riche famille blanche, les Staveney. Ce souvenir entêtant la poussera, des années plus tard, à entamer une liaison avec leur fils, Thomas. De cette histoire naîtra Mary, petite fille à la peau claire et au sourire radieux. En adoration devant l’enfant, les Staveney proposent de l’accueillir chez eux de plus en plus souvent. Victoria, toute à la réalisation de la chance que représenterait une telle éducation pour sa fille, n’imagine pas quelles conséquences aura sa décision.

Mon avis

C’est le premier roman que je lis de Doris Lessing, Prix Nobel de Littérature en 2007. Ce n’est sans doute pas son meilleur, mais j’ai trouvé ce court récit engagé, dénonçant les préjugés de la bourgeoisie anglaise blanche bien-pensante.

Ce livre dénonce les injustices liées à la naissance, à la classe sociale, à la couleur de peau, vue par les yeux de Victoria, une petit fille noire orpheline, qui devient adolescente, puis jeune femme dans un quartier difficile. Suite à sa liaison avec le fils Staveney, vivant dans les beaux quartiers, naît une petite fille métisse. Les Staveney découvrent l’existence de cette enfant à l’âge de six ans, et comme elle n’est « que » métisse, ils la prennent sous leur aile, voulant montrer leur tolérance, mais tout en contradictions, ils délaissent (sans le vouloir?) sa mère et son petit frère, eux complètement (trop?) noirs.

L’histoire est assez simple dans sa thématique, et l’auteure n’émet aucun jugement de valeur. On s’attache aux personnages, Victoria est très touchante dans son amour maternel, dans les sacrifices qu’elle fait pour l’éducation de sa fille, pour tenter de la sortir de sa classe sociale, elle est prête à tout même à s’humilier en demandant de l’aide aux Staveney.

Une lecture agréable donc qui me donne envie de découvrir d’autres ouvrages de cette grande dame.

Ma note 8/10

Lecture dans le cadre du Mois Anglais10995630_1756992794527105_3473654368960270242_n

Publicités

8 réflexions sur “Victoria et les Staveney – Doris Lessing – 2010

  1. Pingback: Billet récapitulatif du mois anglais 2015 | Plaisirs à cultiver

    • Oui Hélène, il FAUT lire Vaincue par la brousse, c’est magistral! Et si ça t’a plu, ensuite tu peux lire Filles impertinentes, où Lessing revient sur ses rapports avec sa mère et la vie de cette dernière. 🙂

      Aimé par 1 personne

  2. Je me demande si je ne l’ai pas dans mon recueil « The Grandmothers »… il faudra que je cherche ! J’avais beaucoup aimé la nouvelle « The Grandmothers » et le roman « The Fifth Child ». Il faut vraiment que je découvre davantage Lessing, mon père l’adore et m’incite à la lire depuis des années !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s