Trois femmes, trois thrillers psychologiques (2015)

10995630_1756992794527105_3473654368960270242_n

Premier billet pour le mois anglais, je parlerai aujourd’hui de trois femmes écrivains pour trois thrillers psychologiques parus en 2015. Deux découvertes plaisantes sans réel coup de coeur et une vraie déception.

ReneeKnight�ColinHuttonCVT_Revelee_5507

Renee Knight est réalisatrice, productrice et auteur de documentaires. Elle a travaillé sur les documentaires d’art à la BBC et sur des scripts pour le cinéma et la TV pour la BBC, Channel Four, et Capital Films. En avril 2013, elle est diplômée de la « Faber Academy ». Révélée est son premier roman. Elle vit à Londres avec son mari et ses deux enfants.

Révélée, Fleuve Editions 2015

Toute ressemblance avec des personnages existant ou ayant existé n’est certainement pas fortuite… Le livre a simplement été déposé dans sa boïte aux lettres. Sans cachet de la poste, sans aucun message. Depuis qu’elle l’a commencé, Catherine ne dort plus. C’est sa vie qu’elle lit, révélée sur le papier par un inconnu. Un certain E. J. Preston qui sait tout d’elle. Même son secret le mieux enfoui…

Mon avis

L’idée est très bonne, et l’intrigue très bien menée. J’ai trouvé la construction du récit vraiment subtile, le narrateur et la narratrice sont d’abord sans point commun apparent, mais l’auteure sème ses indices, et on revient quelques fois en arrière pour mieux comprendre.

Les deux histoires parallèles se rejoignent à peu près à la moitié du récit, mais s’ensuivent ensuite encore quelques rebondissements bien amenés. On ne peut bien sûr pas révéler quoi que ce soit de l’intrigue au risque de spoiler.

MAIS, Catherine la narratrice ne m’a pas du tout accrochée, à aucun moment, même après les révélations finales, elle m’a même beaucoup agacée (comme une forte envie de la gifler), je n’ai éprouvé strictement aucune empathie pour ce personnage.

L’auteure n’a donc pas su tout à fait me convaincre, j’ai l’impression de ne pas avoir suivi, de ne pas avoir été emportée, d’être toujours restée en retrait de l’histoire, et de me dire que finalement ce qui arrive à la narratrice est bien mérité :).

Ma note 7.5/10

5357_image1ob_e22edc_11156120-10206791413764168-69009089106

Née au Zimbabwe, Paula Hawkins a vécu en France et en Belgique. Elle vit à Londres depuis 1989. Elle a été journaliste pendant quinze ans avant de se consacrer à l’écriture de fiction. La Fille du train (The Girl on the Train, 2015) est son premier roman.

La fille du train, Sonatine (2015)

Depuis la banlieue où elle habite, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller à Londres. Le 8 h 04 le matin, le 17 h 56 l’après-midi. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe, lors d’un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants qu’elle voit derrière la vitre. Pour elle, ils sont Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l’être par le passé avec son mari, avant qu’il ne la trompe, avant qu’il ne la quitte. Rien d’exceptionnel, non, juste un couple qui s’aime. Jusqu’à ce matin où Rachel voit un autre homme que Jason à la fenêtre. Que se passe-t-il ? Jess tromperait-elle son mari ? Rachel, bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, décide d’en savoir plus sur Jess et Jason. Quelques jours plus tard, c’est avec stupeur qu’elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu…

Mon avis

J’ai bien aimé le point de vue uniquement féminin sous trois angles de ce thriller, Rachel, Megan et Anna, trois femmes pour trois parcours de vies, et trois points de vue en alternance, complémentaires mais différents de la même histoire, qui nous aident à mettre en place le déroulement des événements.

Rachel est une anti-héroïne, alcoolique, dépressive, détruite, qui se révèle malgré tout attachante, Megan une superbe femme qu’envie Rachel, mais qui cache un lourd secret, et Anna une concurrente de Rachel, plus fragile qu’il n’y paraît. Entre ces trois femmes, des points de rencontre, et des points communs qui se dévoilent petit à petit.

Les hommes du roman apparaissent comme secondaires, violents et manipulateurs, un peu de féminisme n’est pas pour me déplaire.

Un vrai page-turner, les pages s’enchaînent, le suspense est intense, le tout est bien ficelé. Les droits d’adaptation ont d’ailleurs été achetés par Spielberg, et effectivement, cela fera un bon film.

MAIS, je trouve qu’on voit malheureusement venir le dénouement assez rapidement, sans doute parce qu’il n’y a que très peu de personnages, la déduction est rapidement faite, ce sera mon seul bémol.

Ma note 8/10

cat-clarke-381880ob_23131a_perdue-et-retrouvee

Après avoir été auteur de non-fictions, la Britannique Cat Clarke se consacre désormais à la littérature pour jeunes adultes. Son premier roman, Confusion (Robert Laffont, 2012), a rencontré un grand succès en Angleterre. Après Cruelles (encensé par The Guardian), Revanche (coup de cœur de la presse française et des libraires) et A Kiss in the Dark, parus en 2013 et 2014 aux Éditions Robert Laffont, Cat Clarke poursuit sa belle carrière avec Perdue et retrouvée. Elle vit actuellement à Édimbourg avec son épouse française. Son site Internet : http://www.catclarke.com

Perdue et retrouvée, R-Jeunes adultes, 2015

PERDUE 
Quand Laurel Logan, 6 ans, a été kidnappée, seule sa petite sœur en a été témoin. Toute l’enfance de Faith a été façonnée par la disparition de Laurel : de la séparation de ses parents à la présence constante des médias, en passant par celle de ces soi-disant amis qui ne veulent que lui parler de sa sœur. 
RETROUVÉE 
Treize ans plus tard, une jeune femme est retrouvée dans le jardin de l’ancienne maison des Logan, totalement déboussolée et serrant dans ses bras l’ours en peluche avec lequel Laurel a disparu. Laurel est enfin de retour chez elle, saine et sauve. Faith avait toujours rêvé de revoir sa sœur, sans oser vraiment croire que cela arriverait. Mais une série troublante d’événements isole Faith et la pousse à la paranoïa : ce que l’on a perdu peut-il réellement être retrouvé ?

Mon avis

Premier roman que je lis de l’auteure et c’est une déception!

Je pense que la traduction y est pour quelque chose, le style est carrément plat, mais aussi le côté vraiment trop ado à l’eau de rose de l’histoire.

Les préoccupations de la narratrice, Faith, sont parfois totalement hors propos, tout est exagérément rose bonbon, tout le monde s’adore, tout le monde est gentil, après un tel drame c’est tout à fait non crédible.

Laurel est un personnage que j’ai trouvé peu abouti, peu creusé, on glisse dessus sans accrocher, l’auteure aurait pu vraiment approfondir ce personnage là plutôt que sa soeur « superficielle ».

Et puis le fin mot de l’histoire m’a paru juste abracadabrant et tiré par les cheveux. Je n’en dirai pas plus pour ne rien révéler.

Ma note 6/10

Publicités

12 réflexions sur “Trois femmes, trois thrillers psychologiques (2015)

  1. je vais quand même tenter « la fille du train »…
    Révélée c’est encore sympa, mais que tous ces thrillers se ressemblent! C’est agréable à lire, on avale les pages, mais le lendemain on a déjà oublié les personnages 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Billet récapitulatif du mois anglais 2015 | Plaisirs à cultiver

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s