Le premier été – Anne Percin – 2011

411dmiyAgPL._SL460_

4ème de couverture

Deux soeurs se retrouvent une fin d’été en Haute-Saône, afin de vider la maison de leurs grands-parents décédés. Depuis longtemps, Catherine, la benjamine, se tient loin de ce village… Pourtant, chaque coin de rue ou visage croisé fait surgir en elle des souvenirs précis et douloureux. Sa sœur aînée a fondé une famille, elle, non. Devenue libraire, c’est une femme solitaire. A l’adolescence, déjà, elle passait des heures dans les livres. Mais pour ce qu’elle a vécu ici, l’été de ses seize ans, l’été de sa lecture du Grand Meaulnes, « il n’y a pas eu de mots. Il n’y en a jamais eu, ni avant, ni après. C’est quelque chose qui ne ressemble à rien d’écrit. » Quinze années ont passé, et personne n’a jamais su quel secret la tenaillait depuis tout ce temps, le drame dont elle a peut-être été coupable.

Mon avis

Leurs grands-parents décédés, Catherine, et sa soeur Angélique se retrouvent dans le village qui a abrité les étés de leur enfance et adolescence dans les années 80. C’est l’occasion pour Catherine, la narratrice, de revenir sur son mal-être, sa timidité, son adolescence difficile à l’ombre d’une grande soeur bien dans sa peau, et surtout de repenser au drame honteux, dont elle a été à la fois victime et coupable.

L’écriture est belle, nostalgique, intime, toute en sobriété. L’histoire nous replonge avec délices et détails dans notre propre adolescence, qui pour moi date de la même époque (les boums, les chansons, les magazines pour ado, l’été à la piscine, les colonies de vacances).

L’auteure crée subtilement un sentiment de malaise progressif, on glisse de l’innocence et de la fraîcheur à la cruauté et à l’inéluctable, de manière très insidieuse. On a presque l’impression de tenir la main de Catherine, qui nous fait ses confidences…

C’est un livre à message aussi, puisqu’il dénonce l’intolérance de ce petit village et la cruauté de l’enfance.

C’est donc une très belle découverte que m’a permise cette lecture commune avec mes copines lectrices belges Nathalie, Alice, Julie, Argali,…

Et voici un petit clin d’oeil à Alice qui a pensé à L’effrontée de Claude Miller avec Charlotte Gainsbourg, en lisant le roman. Un film-culte, vu 20 fois à l’époque de notre adolescence, et dans lequel on retrouve effectivement une ambiance tout à fait similaire, qui navigue entre innocence et malaise, pour cette jeune adolescente timide, dans la moiteur d’un été…

Publicités

7 réflexions sur “Le premier été – Anne Percin – 2011

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s