Goat Mountain – David Vann – 2014

couv rivire

David Vann, 2013. Editions Gallmeister, 2014 pour la traduction française.

4ème de couverture

Automne 1978, nord de la Californie. C’est l’ouverture de la chasse sur les 250 hectares du ranch de Goat Mountain où un garçon de onze ans, son père, son grand-père et un ami de la famille se retrouvent comme chaque année pour chasser sur les terres familiales. À leur arrivée, les quatre hommes aperçoivent au loin un braconnier qu’ils observent de la lunette de leur fusil. Le père invite son fils à tenir l’arme et à venir regarder. Et l’irréparable se produit. De cet instant figé découle l’éternité : les instincts primitifs se mesurent aux conséquences à vie, les croyances universelles se heurtent aux résonnances des tragédies. Et le parcours initiatique du jeune garçon se poursuivra pendant plusieurs jours, entre chasse au gibier et chasse à l’homme, abandonné à ses instincts sauvages.

Goat Mountain est le quatrième roman de David Vann et clôt un cycle romanesque inspiré de son histoire familiale.

Mon avis

Ames sensibles, enfuyez-vous très vite, courez de toutes vos forces et surtout ne vous retournez pas!!

Sukkwan Island, premier livre d’un cycle de « psychanalyse » personnelle de l’auteur, qui nous narrait la relation pathologique d’un père et d’un fils, coincés sur une île déserte, était déjà à la limite du tolérable, mais je l’avais trouvé malgré tout vraiment réussi malgré sa noirceur absolue.

Ici on dépasse de très loin tout ce que vous pouvez imaginer de plus gore et cauchemardesque. Jamais je n’ai lu un livre aussi glauque, malsain, cru. Je n’ose même pas imaginer quelle histoire personnelle a dû vivre l’auteur pour avoir besoin de la cracher d’une telle manière sur le papier. Les phrases sont hachées, sans verbe, courtes, elles vomissent une horreur absolue. Tout tourne autour de deux cadavres, un humain et un cerf, et de leur manipulation, éviscération, éclatement, pourrissement, et de délires initiatiques infligés à un jeune garçon de 11 ans (!!!) puni pour son dérapage morbide… Le tout mêlé d’un délire sur la nature toute-puissante qui vibre avec les personnages et sur l’ancien testament, et les figures de Caïn et Abel.

Ce livre ne m’a ni convaincue à propos du style « nature writing », ni persuadée que nous devons absolument suivre cet auteur jusqu’aussi loin dans ses questionnements, j’espère juste qu’après ce délire livresque, il va se trouver apaisé et pourra écrire des romans plus « lisibles » par le commun des mortels…

 

Publicités

3 réflexions sur “Goat Mountain – David Vann – 2014

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s